Rétrospective Marathon de Berlin

billet écrit depuis un ipad, excusez le manque d'accents

Et voilà, c'est fait -- j'ai couru le 42eme Marathon de Berlin avec un temps de 2:58:08. Mission accomplie!

Pendant que les souvenirs sont encore frais, voici un compte-rendu de mon Marathon de Berlin - sans photos pour l'instant.

Récupération dossard

Une semaine avant le marathon, j'ai eu un gros coup de stress: j'ai réalisé que mon sas de départ serait le dernier, c'est-a-dire apres les coureurs qui comptent le boucler en 4-5h. Avec 40000 coureurs devant moi, il serait impossible de maintenir mon allure de 4mn15s au kilometre (14.1km/h).

La raison pour laquelle je démarrais dans le dernier sas est que je n'avais pas fourni de temps d'un précédent marathon pour justifier le fait que je sois dans le sas de 3h (sas "D").

J'ai envoyé des mails a l'organisation mais la semaine du marathon, ces gens sont pas mal occupés mais ont finalement répondu qu'ils leur fallait des preuves. Vu que c'était mon premier marathon en course, je n'avais que mes temps sur semi et 10km a fournir. Qui montraient bien que je pouvais faire 3h. Mais j'ai eu une fin de non recevoir. Il fallait un temps de Marathon ou rien.

Du coup j'ai envisagé de tricher et en regardant comment les dossards de l'année précédente étaient fait, il me suffisait de mettre sur le coté du dossard un autocollant par dessus la lettre du sas (donc pour moi "D" au lieu de "H"). Avant de partir j'ai donc imprimé une plaque d'autocollants de la lettre "D" en Arial gras, en différentes tailles. C'était l'arme ultime. Oui c'est mal, ne faites pas ca. Mais apres des mois d'entrainement pour faire un sub-3, je n'allais pas gacher tout pour une simple histoire de sas...

En arrivant a l'expo Berlin Vitale pour aller chercher mon dossard, j'ai défendu ma cause et j'ai réussi finalement a convaincre la gentille dame qui s'occupais de ca. Elle m'a changé de sas en mettant un ... autocollant de la lettre "D" sur mon dossard. Mon faux était exactement pareil :)

Gros soulagement! Je suis allé ensuite trainer dans les stands de l'expo, ou je me suis fait faire un ruban avec mes temps de passage pour tenir le marathon en 2:59:30 et ou j'ai acheté des bonbons de caffeine pour avoir ma dose le matin au cas ou je ne pourrais pas boire un dernier café avant le début de la course. J'ai réalisé ensuite que dans le sac fourni il y en avait déja un paquet offert.

L'expo Vitale était horrible. Imaginez deux hangars d'un aéroport désaffecté remplit de plus de 200 stands de boites qui essayent de vous vendre des trucs. L'organisation force en plus les gens qui viennent chercher leur dossard a traverser tout le salon. Un peu comme les magasins de musées avec passage obligatoire dedans pour sortir.

J'avais pre-commandé le t-shirt du marathon (30 euros/non inclus!) que je suis allé chercher, mais je me suis vite sauvé.

Je me suis un peu balladé dans Berlin le samedi, mais je me suis surtout reposé car j'étais bien fatigué par le voyage et par le stress du dossard et du salon Vitale.

Le départ

Je suis arrivé parmi les premiers comme a mon habitude, pour repérer les lieux. Le marathon (départ/arrivé) est organisé autour de la porte de Brandebourg et du parc Tiergarden, le long duquel se trouvait toutes les allées pour atteindre les sas de départ. L'organisation est vraiment bien huilé mis a part les toilettes. Tres rapidement des files de centaines de metres se sont mis en place pour les besoins de derniere minutes. Sans compter les milliers de gens en train de pisser et ch.. dans les buissons du parc. Pauvres plantes.

Je suis allé assez rapidement dans mon sas et je n'ai pas pu me mettre a l'avant comme j'avait prévu, au plus pret du meneur d'allure de 3h qui se trouvait a l'arriere du sas C devant nous.

Mais je l'avais en ligne de mire, a environ 200/300 metres. On s'est retrouvé serrés comme des anguilles assez vite, et dix minutes avant le départ, une pluie de vieux vetements a commencé. De nombreux coureurs balancaient leur vieux haut de jogging qui leur servaient a rester au chaud avant de partir, sur le coté.

Ce qui était assez surprenant est de voir passer de temps-en-temps une veste de course qui paraissait toute neuve.

Finalement le départ a été donné, pleins de ballons lachés et on a commencé a marcher pour atteindre le départ. Il m'a fallu environ 2 minutes pour l'atteindre et commencer a courir. Mieux que les 30/45 minutes de la derniere vague.

La course

Je ne peux pas vraiment parler des 5 premiers kilometres. J'étais dans un état second, porté par la vague de coureurs et concentré pour ne pas tomber ou faire tomber. Le début de la course est un grand boulevard trés large mais elle se sert trés vite.

Le premier point d'eau se reconnait au bruit des gobelets plastiques qu'on écrase inévitablement. C'est une marée de gobelets. Je n'imagine meme pas l'état de la chaussée pour les coureurs de fin..

Sur les 10 premiers kilométres ma mission était de me restreindre a ne pas dépasser les 14.2/14.3 km/h pour ne pas me cramer. C'est ce qui a été le plus dur pour moi, tellement la course me semblait facile. J'avais des jambes incroyables et je me sentais des ailes. Mais j'ai réussi a me contenir pour faire le 5km en 20:47 et le 10km en 41:41. Un tout petit peu rapide, mais pas du tout déconnant. Il faut dire que j'avais ce ballon marqué 3:00 qui gigotait 200 metres devant moi, et que j'avais envie de rejoindre.

Ce que j'ai finalement fait au bout d'un moment avant le semi. A ma grande surprise le pacer n'avait pas foule autour de lui. Et au bout de 5km je l'ai depassé pour continuer tout seul car il avait baissé son allure å 13.5km/h, ce qui était trop bas pour mon objectif.

J'ai suivi les marques bleues au sol, celles qui délimitent le chemin le plus court, pour limiter les centaines de metres que l'on court en plus quand on ne prend pas les tangeantes parfaites.

J'ai passé le semi en 1:28:37 dans un état de fraicheur incroyable, en me disant dans mon fort intérieur que ca n'allait pas durer.

Mais si, le 25km en 1:45:10, le 30km en 2:06, le 35km en 2:27.. J'avais maintenant environ deux minutes d'avance sur mon objectif de 3h car les temps affichés sur les gros chronos correspondaient a mes temps de passage prévus - et comme j'étais parti deux minutes apres le coup de pistolet..

J'ai passé le KM 40 en 2:48:32 et j'ai commencé a avoir un gros coup de mou et mon allure est descendue d'un coup. Je pense que ca tenait plus du psychologique. Le sentiment d'avoir une avance confortable sur mon objectif. Je me suis fait violence pour revenir a 14.1km/h mais j'avais tout le mal du monde - j'ai commencé a pleurer un peu aussi. L'emotion. J'ai vu passer le pacer de 3h comme une fleche, a cote de moi vers le KM 41. Il devait en avoir marre de son allure de 3h et s'est mis a foncer :)

Passé la porte de Brandebourg - qui marque les 200 derniers metres j'ai réussi a accelerer un peu en tentant de passer l'arrivé en 3h temps pistolet (tout en sachant que mon temps réel serait donc autour de 2h58).

J'ai poussé un grand cri de joie. Et je me suis remis a pleurer.

Voila, c'était fait. Des mois de préparation et la récompense au bout. Avec ce temps je vais pouvoir m'inscrire pour Londres et/ou Boston avec un "BQ" en 2017 qui sera a +15mn - c'est a dire que j'aurais le droit de tenter m'inscrire en premier sur ces deux courses. C'est la seule satisfaction de courir avec ces temps la. Apres, pour tout le reste - c'est une experience probablement similaire quelque soit son niveau...

Merci

Merci a tous les gens qui m'ont soutenu et félicité. Certains m'ont dit qu'ils trouvaient ce temps incroyable, mais il ne l'est pas vraiment.

En course a pied ce qui compte est le dépassement de soi c'est a dire se fixer un objectif tres ambitieux mais réalisable par rapport a ses capacités qui sont innées a 90% - et travailler dur pour l'atteindre.

Ma préparation pour ce marathon c'est presque 700km de course, un engagement quotidien, un régime assez strict et une préparation mentale aussi.

Encore merci à tous les sponsors corporate, qui en me soutenant on aidé MSF dans son action:

Encore merci a tout les donateurs. Ce que vous avez fait compte beaucoup. On vit une époque un peu bizzare et donner un peu de sous a MSF en ce moment, c'est peut-etre quelques vies sauvées au milieu de la mer entre l'Europe et la Syrie.

Commentaires